2018 : LE LIVRET A DÉMARRE SUR LES CHAPEAUX DE ROUES !

BFG Capital

Le mois de janvier est connu pour être très favorable à l’épargne. Cette année, les épargnants n’ont pas changé leurs habitudes et ont gonflés encore un peu plus leurs livrets bancaires. Le livret A et le livret LDDS connaissent ainsi leurs heures de gloire !

 

Cependant, son taux est historiquement bas, gelé à 0,75% et aucune hausse de celui-ci n’est prévue avant le 31 janvier 2020. En prenant en compte le taux d’inflation dans les calculs, les rendements du livret A en deviennent même négatifs ! Et pourtant…

Après quelques mois de décollecte, le livret A a réalisé une collecte nette de 3,58 milliards d’euros en janvier et dépasse grandement les derniers records. À la même période l’année dernière, la collecte s’élevait « seulement » à 2,89 milliards ! En ajoutant à cela le livret de développement durable, l’encours des sommes sur ces deux produits s’élève désormais à 380 milliards d’euros*, soit 16 milliards de plus qu’en 2017.

Pourquoi ce succès ? Peut-être un besoin de liquidités, une « sécurité », mais aussi une baisse des rendements d’assurance-vie en euros et une nouvelle fiscalité sur son principal concurrent : le PEL.

En effet, bien que le livret A collecte régulièrement en début d’année, ce 1er janvier 2018 sonne le glas d’une nouvelle ère, avec notamment la mise en place de la flat tax mais aussi la hausse des prélèvements sociaux à 17,2%. La baisse de rendement des fonds en euros perturbe également la plupart des épargnants qui ne souhaitent pas prendre de risque. Aussi, la liquidité du livret A rentre parfaitement dans la logique d’épargne des Français qui, en ce début d’année, commencent déjà à préparer leurs prochaines vacances et ont donc besoin de pouvoir accéder rapidement à leurs économies…

Même si le livret A peut paraître rassurant, il existe bien d’autres moyens d’épargner et/ou investir son argent. À côté de toutes les solutions existantes, le livret A peut donc être perçu comme une réelle « absurdité » (dixit les investisseurs plus ou moins chevronnés), et représente surtout un manque à gagner incroyable pour l’épargnant.

Notre cabinet BFG Capital reste à disposition et vous conseille, sur-mesure, selon vos besoins et vos projets d’avenir.

 

*275,3 milliards pour le Livret A et 104,6 milliards d’euros pour le Livret de développement durable et solidaire.