CRÉDIT IMMOBILIER : VERS UNE REMONTÉE DES TAUX ?

BFG Capital

Même si les taux de crédit immobilier ont atteint en octobre un record jamais vu auparavant en France (1,13%), on constate ce mois-ci une petite hausse. Doit-on pour autant s’attendre à une envolée des taux ? Pas sûr…

Chaque année vient le moment où l’on s’alarme d’une possible hausse des taux, mais pour le moment il n’en est rien. En tout cas, rien de vraiment alarmant. Dernièrement, nous avons assisté à une hausse modérée des taux de crédit immobilier, à hauteur de 0,05% à 0,15%. D’après le courtier Empruntis, cela équivaut à une hausse allant de 1 à 92 centimes dans la plupart des régions de France. Et cette hausse ne concerne pas tout le monde ! Selon la durée de votre crédit et de votre dossier, vous serez plus ou moins impactés.

 

Faut-il craindre un rebond ? Pas vraiment !

En réalité, les taux de crédits sont toujours aussi attractifs, même si certains établissements commencent doucement à remonter leurs barèmes. Il est important de se remémorer qu’une hausse des taux peut être passagère et ne tend pas forcément à s’installer sur le long terme. C’est d’ailleurs un phénomène assez fréquent !

Selon les courtiers, nous sommes à une moyenne de taux de 1,05% sur 15 ans, 1,25% sur 20 ans et 1,45% sur 25 ans. Selon la qualité de votre dossier emprunteur, il est même possible aujourd’hui de profiter de taux bien plus bas.

 

Taux moyen des crédits

Durée d’emprunt

Taux moyen

15 ans

1,05 %

20 ans

1,25 %

25 ans

1,45 %

 

Est-ce que les conditions d’octroi de crédit se durcissent ?

Oui et non. En réalité, il n’a jamais été aussi simple pour un particulier de financer l’achat d’une maison ou d’un appartement. Et ce malgré la flambée des prix de l’immobilier ! La concurrence est donc assez rude entre les différentes banques existantes sur le marché, qui cherchent continuellement à trouver de nouveaux clients.

Les conditions d’emprunts restent alors extrêmement bonnes pour les particuliers, même s’il est vrai qu’étant donné la période de l’année, les banques peuvent se permettre d’être davantage « sélectives » sur les dossiers des emprunteurs. En effet, l’année 2019 aura déjà été très prolifique pour les crédits. D’après une étude menée auprès de différents courtiers, 95% d’entre eux ont le sentiment que les banques ont durci leurs conditions d’octroi de crédit, contre 64% l’année précédente. Ce serait sur l’apport personnel que les banques seraient les plus strictes. Parallèlement, il est important de souligner que le niveau d’apport personnel des emprunteurs n’avait jamais été aussi bas que ces derniers mois. Le financement à 110% a été très sollicité. 

 

Et la Banque Centrale Européenne dans tout ça ?

Sandra Buisine, responsable du financement chez BFG Capital, nous indique que « la BCE a, depuis plusieurs années, tenté de relancer l’économie européenne en maintenant les taux d’intérêts à des niveaux historiquement bas. Aujourd’hui en résulte des taux négatifs, soit un déséquilibre entre le niveau d’épargne élevé et un niveau d’investissement trop faible. » Même si cela est profitable aux investisseurs, ces taux ne sont pas destinés à durer !

 

Malgré la légère hausse du mois de novembre, la tendance ne s’inversera sûrement pas de sitôt. Il est donc encore temps de profiter de ces taux qui demeurent historiques, que ce soit pour une demande de crédit ou une renégociation ! Les prix de l’immobilier, par accointance, restent eux assez élevés. Enfin, bonne nouvelle pour les futurs acquéreurs, les conditions d’emprunts resteront à priori favorables en 2020.

Article disponible sur Boursorama

 

Achevé de rédiger le 27 novembre 2019 par Amélie Yem et Sandra Buisine, respectivement chargée de missions en freelance et responsable financement, chez BFG Capital.