ÉPARGNE : COMBIEN D’ARGENT AVEZ-VOUS PERDU CETTE ANNÉE ?

BFG Capital

Contexte économique oblige, l’encours des dépôts à vue en France atteint aujourd’hui des sommes astronomiques. Au total, c’est plus de 632 milliards d’euros déposés, soit deux fois plus qu’il y a dix ans. Une somme rocambolesque, preuve du manque de confiance des Français en l’avenir. Et pourtant, ces sommes dormantes représentent un manque à gagner terrible pour les ménages Français…

 

La France des comptes courants à perte…

 

Depuis 2013, les dépôts à vue, ou comptes courants, ont connu une hausse de plus de 50%.

Via un placement basique au taux de 1%, l’argent dormant sur ces comptes, soit plus de 632 milliards d’euros, pourrait rapporter à minima 526 millions d’euros d’intérêts bruts par mois. Ce qui équivaut à environ 16 millions d’euros par jour. Net d’impôt et de prélèvements sociaux, ce manque à gagner représente tout de même 368 millions d’euros nets par mois. Alors, imaginez avec un placement proposant un taux de rendement supérieur !*

 

Évidemment, l’épargne n’est pas répartie de façon identique auprès de tous les Français. Il est important de noter que près de 20% des Français n’ont d’ailleurs pas du tout d’épargne. Mais même en prenant en compte ces données, le constat reste alarmant. Comment peut-on laisser dormir autant d’épargne sur un compte non rémunéré, alors que la plupart des ménages pourraient faire le choix de le placer ailleurs, ou de l’investir (volonté du MINEFI) ? 

La période actuelle, la crise sanitaire et économique… Tous ces éléments incitent bien sûr à la prudence, mais ce n’est pas pour autant une raison de rester sur ses acquis. Le vrai problème ici concerne une fois de plus le manque de culture F*.

Alireza Gorzin, président de BFG Capital ajoute : “Le monde a beaucoup changé. On doit prendre en compte la conjoncture actuelle, et ne plus attendre d’un placement sans risque un rendement à la hauteur de ce qui était attendu auparavant. On ne peut pas non plus se contenter de laisser dormir son épargne et risquer de la perdre”.

En suivant la logique de calcul effectué précédemment, Raisin, intermédiaire financier de comptes à termes, s’est amusé à calculer la perte de pouvoir d’achat des épargnants européens : 

Comme vous pouvez le constater, le manque à gagner ne concerne pas seulement la France, mais ce phénomène d’argent dormant touche de nombreux pays européens ! 

Ainsi, en laissant en moyenne 20% de son épargne dormir sur son compte courant, l’épargnant européen ne gagne rien. Au mieux, il passe à côté d’opportunités. Au pire, sa banque lui charge des frais de gestion de compte, et il devient même perdant. Un choix de la sécurité qui peut finalement s’avérer être néfaste pour son épargne… 

 

Vers une taxation des comptes courants ?

 

Il faut savoir que les liquidités placées sur les comptes courants peuvent coûter très cher pour les banques. En effet, celles qui en ont trop doivent en déposer une part auprès de la Banque Centrale Européenne. Mais ce service n’est pas gratuit : elle facture les dépôts au taux de 0,50%.

 

Si la taxation des comptes courants par les banques est encore tabou en France, les enseignes n’hésitent pas à passer par d’autres méthodes plus discrètes pour encaisser de l’argent. En effet, c’est bien connu, 9 enseignes sur 10 facturent des frais de tenue de compte. D’après le site d’information MoneyVox, ces frais représentent en moyenne un peu plus de 24 euros par an. Autrement dit, sur 1000 euros disponibles sur un compte courant, cela reviendrait à appliquer un taux d’intérêt négatif de 2,4% par an. Et cela ne risque pas de s’améliorer !

 

En effet, depuis le 1er janvier 2021, certaines banques ont ainsi changé leur tarification. MoneyVox nous apprend donc que : “la Bred a décidé d’une grosse hausse de +25% pour 2021. Les frais de tenue de compte passent ainsi de 24 euros annuels à 30 euros depuis le 1er janvier, soit à un niveau au-dessus de la moyenne nationale.” 

 

Face à la conjoncture actuelle, on peut donc s’attendre à une hausse des frais de tenue de compte par toutes les banques. D’autant plus que les encours des comptes courants ne font qu’augmenter, et que cela semble s’inscrire dans la durée. Comptes courants, livrets A, LDDS… À force de donner la priorité à la sécurité, les ménages Français ne se privent-ils pas d’opportunités ? Affaire suivie de très près par BFG Capital… 

 

*Source chiffres : France-transaction.com