ÉPARGNE COVID : DES COMPTES BANCAIRES QUI NE DÉSEMPLISSENT PAS !

BFG Capital

Déjà six mois ont passé depuis le confinement. Six mois durant lesquels les Français n’ont cessé de remplir leurs comptes courants, battant ainsi tous les records ! Entre mars et fin juillet, ce sont en effet 85,6 milliards d’euros que les ménages ont déposé sur leurs comptes bancaires. En incluant le numéraire, ce montant dépasse même les 100 milliards d’euros.

 

Des ménages anxieux face à l’avenir

 

Depuis toujours, les Français sont connus comme de grands épargnants. Mais cette année est exceptionnelle ! Déjà connus comme très prudents et incertains face à l’avenir, les ménages Français sont, depuis le confinement de mars dernier, encore plus sur la défensive. Selon l’INSEE, le taux d’épargne des ménages atteint même aujourd’hui 27,4%, contre 14,9% en 2019. Les comptes bancaires ne cessent de se remplir. Comme l’indique Christelle Méral, journaliste France Télévisions : “À la Société Générale par exemple, la courbe augmente régulièrement sur un an et s’envole au deuxième trimestre, au plus fort du confinement, avec +18%. La tendance est encore plus marquée à la BNP avec +27%« .

 

Malgré une petite hausse des dépenses suite au déconfinement, c’est de nouveau à la baisse que repart la consommation. En juin, son taux a dépassé celui de février (+2,3%), mais rien d’extraordinaire face au retard provoqué par la crise sanitaire et le confinement. Face à un avenir plein de doutes, l’indicateur de confiance des ménages ne cesse de plonger, à l’inverse de l’épargne qui, elle, ne fait que de grimper.

 

Et si l’assurance-vie était le placement préféré des Français durant de nombreuses années, il se pourrait bien qu’il ait cédé sa place au… compte courant. En effet, la grande majorité des épargnants a décidé de ne pas placer son argent, le laissant ainsi dormir sur les comptes courants, autrement appelés dépôts à vue. Entre fin février à juin, c’est ainsi près de 40 milliards d’euros qui y dormaient.

 

Juste après les comptes courants, on retrouve le livret A  en tête du classement des placements préférés des Français. Plus de 22 milliards d’euros y ont été déposés entre le mois de janvier et le mois de juillet. Les ménages Français, bien que conscients du taux très faible du livret A, voient dans ce placement une épargne disponible à tout moment, une sécurité et de la liquidité, à l’inverse de l’assurance-vie qui est une épargne bloquée.

 

Et la relance économique alors ?

 

 

Épargner, oui, mais à quel point ? Le niveau d’épargne des Français est bien trop élevé aujourd’hui pour espérer un retour économique “rapide et à la normale”. Le Gouvernement s’inquiète et essaie d’ailleurs de motiver du mieux qu’il le peut les ménages à consommer.

 

Comme Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance l’a répété : “Si l’on veut que le plan de relance marche, il faut aussi que les Français consomment. Les Français sont inquiets pour l’avenir et mettent donc de côté une épargne de précaution. Mais ce que je tiens à leur dire, c’est que la meilleure façon de se protéger aujourd’hui […] c’est de consommer dans l’économie française, de refaire démarrer notre économie”.

 

Aujourd’hui, c’est près de 100 milliards d’euros d’épargne accumulés sur des comptes courants et livrets d’épargne. Sur ce montant total, plus de 30 milliards ont été placés sur les livrets d’épargne réglementés, comme le livret A, le livret de développement durable et solidaire (LDDS) et le livret d’épargne populaire (LEP).

 

Historiquement, ces livrets gérés par la Caisse des Dépôts (CDC), permettent de financer les collectivités et les bailleurs sociaux. La CDC peut alors proposer à ceux-ci des prêts très longs, de 60 à 80 ans. La relance économique liée à la crise sanitaire de la covid-19 étant une priorité nationale, la Caisse des Dépôts a désormais l’accord du Gouvernement pour faire évoluer la nature de ces prêts. Dorénavant, les prêts accordés à partir des livrets A, LDDS et LEP pourront financer des projets accompagnant la santé, le tourisme, ou encore la transition écologique et énergétique (TEE). La volonté du Gouvernement et de la Caisse des Dépôts est donc de soutenir de manière plus forte l’écologie par ce biais-là.

 

 

Même si, force est de constater que trop d’argent dort aujourd’hui sur les comptes bancaires des Français, cela n’en est pas moins une mauvaise nouvelle. En effet, cette accumulation d’épargne peut aussi être prise comme un potentiel de dépenses pour la consommation. D’autant plus que la consommation semble, petit à petit, repartir. Restons positifs !