FRANCE : LES ENFANTS PRUDENTS AVEC LEURS ECONOMIES !

BFG Capital

D’après la dernière étude d’AXA Investment Managers, les jeunes français ont une vision assez singulière de l’argent et de leurs économies. Conscients de la valeur de l’argent, ils créent leurs habitudes d’épargne très tôt et sont peu enclins à prendre des risques. Un peu à l’image de leurs parents…

 

En France, les enfants de 8 à 15 ans ont déclaré avoir trois principales sources d’argent : en cadeau (anniversaire, Noël), en argent de poche, ou en tant que « rémunération » de tâches domestiques. Dans les autres pays interrogés, l’argent provient principalement des parents. En Asie par exemple, l’argent de poche est une pratique extrêmement courante avec respectivement 88% à Hong Kong et 84% à Singapour. Les enfants des autres pays reçoivent d’ailleurs plus d’argent de poche que nos petits français ! Alors que les français perçoivent en moyenne 7,83€ d’argent de poche, les hongkongais reçoivent eux 19,53€, tandis qu’au Royaume-Uni, l’argent de poche moyen est de 14,57€ par mois.

 

Pourquoi cet écart entre l’Europe et l’Asie ? Il est à noter que les familles européennes ont généralement plus d’enfants que les familles asiatiques, notamment en raison du coût de la vie. Aussi, les salaires y sont généralement plus élevés, à Singapour particulièrement.

 

En terme d’épargne, les jeunes enfants et adolescents sont très vite sensibilisés. En effet, 72% des jeunes français de 8 à 15 ans déclarent posséder un compte bancaire ouvert par leurs parents. En Italie, le chiffre descend à 42% tandis qu’il passe à 76% à Hong Kong. L’objectif de ces ouvertures de comptes est d’apprendre aux enfants à gérer leur argent (à 67%) ou encore à préparer leur avenir (à 46%).

Même s’ils sont nombreux à posséder un compte bancaire, les enfants font perdurer la tradition de la tirelire ! Ils sont encore 70% à en conserver une dans un endroit sûr. Par ailleurs, ils sont tout de même 85% à déclarer qu’épargner est une bonne chose à faire.

Enfin, les jeunes de moins de 15 ans sont assez autonomes dans la gestion de leurs économies puisqu’ils sont 74% à vérifier régulièrement le montant de leur épargne.

 

Et la culture F(inancière), alors ?

Tout comme leurs aînés, les jeunes français manquent d’éducation financière. Ils en sont d’ailleurs conscients, et 72% d’entre eux ont déclaré ne pas avoir de cours ou d’activité sur la meilleure façon de gérer leur argent à l’école. Encore une fois, on constate qu’il y a un gros travail à faire à ce niveau. En effet, à Hong Kong, Singapour et au Royaume-Uni, plus de la moitié des sondés ont estimé apprendre des choses sur l’argent à l’école. La culture de l’argent varie donc beaucoup selon les pays. Alors que seulement 7% des petits français ont répondu « faire fructifier son argent » à la question « qu’aimeriez-vous faire pour améliorer le quotidien ? », les petits singapouriens sont 20% à avoir choisi cette réponse.

Tout comme leurs parents, les jeunes français sont très réfractaires au risque : 68% des enfants préfèrent conserver leur argent dans un endroit sûr plutôt que de prendre le risque de le perdre en cherchant à le faire fructifier. Chez les adolescents de 14-15 ans, ce chiffre grimpe même jusqu’à 82%. Plus on grandit, plus on a peur ?

 

Comme le précise Bettina Ducat, Global head of product, retail and institutional development chez AXA IM, « Les enfants sont sensibilisés relativement tôt à la notion d’épargne (…) même s’ils ne sont pas prêts à prendre de risque avec leur argent, ce qui est une caractéristique très française qu’on observe de manière encore plus forte chez les adultes. Seuls 9% des Français sont prêts à prendre des risques pour obtenir un bon rendement, alors qu’ils sont 32% en Asie (Hong Kong et Singapour) ».

 

Deux choses sont à retenir de cet article. La première, que les enfants Français sont très rapidement autonomes et responsables, et qu’ils reprennent exactement le même rapport que leurs parents avec l’argent. On le sait, le Français est prudent et économe. Les enfants suivent donc ce même chemin.

Deuxièmement, il y a encore un gros travail en ce qui concerne l’éducation financière en France. C’est parce que les Français n’ont pas de grosse culture F qu’ils peinent à prendre des risques qui pourraient pourtant leur être favorable. On le constate notamment avec les Singapouriens qui, eux, bénéficient d’éducation financière dès le plus jeune âge…

 

BFG Capital, en tant que cabinet de conseil en gestion de patrimoine, place la démocratisation de la culture financière au cœur de ses ambitions. Rendre l’actualité économique plus accessible à tous, telle est la volonté de notre entité.

 

Enquête réalisée par le cabinet GFK en  juin 2018 auprès d’un échantillon de 722 enfants âgés de 8 à 15 ans, dans le cadre d’une étude internationale ayant interrogé 7 020 personnes réparties dans six pays : France, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Hong Kong et Singapour, soit 120 enfants par pays.