LES FRANÇAIS ET L’ÉCONOMIE : HEURE DE RECONCILIATION ?

BFG Capital

Détachés oui, mais de moins en moins. D’après le dernier sondage de Kantar Public pour la Banque de France, 56% des Français s’intéressent aujourd’hui aux questions économiques, soit quatre points de plus en un an !

 

Un certain regain d’optimisme se fait ressentir dans l’Hexagone. Avec une hausse de la croissance en continu, la sensibilité des Français à l’égard de l’économie est de plus en plus importante. Parmi les 56% de français ayant déclaré s’intéresser à l’économie, 60% sont des hommes, et 65% sont des diplômés du supérieur. L’intérêt pour l’économie, même s’il tend à se développer, reste encore très inégalement réparti.

Concernant la conjoncture économique du pays, 26% des sondés font preuve d’optimisme et pensent que la situation va s’améliorer, contre 16% en 2016. Il ressort de l’étude que cet optimisme est plus marqué chez les hommes (à 34%) et les individus de 50 ans et plus (à 30%).

Mais l’inquiétude à la frenchy n’est jamais très loin. En effet, 35% des personnes interrogées ont le sentiment que la situation française va se dégrader dans les douze prochains mois. Même si ce chiffre est en forte baisse (-10 points depuis 2016), il reste tout de même important.

Aussi, la culture financière, qu’on se plait à appeler « culture F » chez BFG, continue de manquer au peuple français. En effet, 28% des sondés jugent leur niveau de connaissances faible et 55% moyen. Se jugeant peu compétents sur certains sujets, ils aimeraient être davantage informés sur l’emploi et la situation de l’Etat et des finances publiques en priorité.

 

En parallèle, on constate que les placements plus risqués ont été relativement soutenus depuis le début de l’année. D’après Les Echos, les ménages ont en effet tendance à se tourner un peu plus vers des placements financiers plus risqués, et utiles au financement des entreprises. Même si cela est une excellente nouvelle pour l’économie française, ces données restent très volatiles d’un trimestre à l’autre. À manipuler avec prudence, donc.

Dans l’ensemble, même si les tendances sont positives, les Français continuent de préférer la sécurité aux rendements (cf article Epargne). À voir dans les prochains mois si cela s’inverse, grâce notamment aux efforts gouvernementaux liés à l’épargne et la fiscalité.

 

Quand bien même les Français sont de plus en plus intéressés, ils ne sont pas pour autant mieux armés. Plus que jamais, les concitoyens ont besoin d’être conseillés. BFG Capital reste donc à votre disposition pour toutes questions relatives à l’économie, où à votre fiscalité.

 

Étude réalisée auprès de 967 individus âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population Française. Interviews réalisés par téléphone du 12 au 14 octobre 2017.