L’IMMOBILIER, INDÉTRÔNABLE DANS LE CŒUR DES FRANÇAIS

BFG Capital

Il y a tout juste un an, nous vous présentions l’immobilier comme étant le « terrain de jeu » préféré des Français. Cette année encore, il s’avère que ce placement reste en première place du podium.

La dernière étude « Global Investment Survey » réalisée sur 17 pays différents par Legg Mason est parue le 30 mai dernier. On y apprend sans réelle surprise que les Français sont des champions de l’épargne, un brin pessimistes. Ceux-ci privilégient grandement les liquidités et l’immobilier. La part d’investissements immobiliers des Français est, en conséquence, la plus élevée au monde avec 26%, tandis que la moyenne européenne est de 15%.

Synonyme d’aversion au risque, l’engouement des Français pour la pierre est une tendance qui, selon eux, ne s’inversera pas de si tôt. Les personnes sondées sont persuadées que le secteur immobilier leur fournira de biens meilleurs résultats durant les mois à venir. Le journal Les Echos confirme et reprend d’ailleurs les paroles de Vincent Passa, directeur de Legg Mason France : « Les Français ont toujours considéré qu’investir dans l’immobilier constituait un objectif prioritaire ».

Bien que considérant la pierre comme étant le meilleur placement possible, les Français sont, comme l’étude le rappelle, de grands épargnants. Les investisseurs particuliers seraient 56% à détenir de l’épargne sans la placer. En comparaison, la moyenne européenne est établie à 43% et la moyenne mondiale à 39%. La peur de la conjoncture actuelle du pays liée aux différentes crises du passé demeure, et les citoyens continuent de laisser dormir leur argent sur des comptes courants, ou des livrets d’épargne rapportant peu. La collecte à la hausse du livret A, bien qu’ayant toujours un taux à 0,75%, en soit la preuve.

Tandis que 45% des 17 pays sondés sont enclins à investir, seulement un Français sur quatre se dit prêt à franchir ce cap. Nos concitoyens sont également les plus chauvins d’Europe, avec 88,31% d’investissements en France…

Loin de déroger à leur réputation, certainement par méconnaissance et manque de temps, les Français continuent de croire quasi uniquement en la pierre et en la pérennité qu’elle dégage. Conservateurs et prudents, ils évitent la prise de risque, quitte à passer à côté de rendements souvent bien supérieurs, comme avec la SCPI et son taux à 4,6% (moyenne 2016, net de toutes charges).

 

Dessin réalisé par Casoli. Vous pouvez retrouver son travail sur sa page Facebook.