OÙ INVESTIR QUAND ON EST JEUNE ACTIF ?

BFG Capital

Souvent, les jeunes actifs sont partagés entre l’idée de “profiter de la vie”, et celle de “mettre de côté pour plus tard”. D’une personne à l’autre, le comportement d’épargne et d’investissement peut donc être radicalement opposé. Toutefois, il est bien connu que, plus on commence à investir et/ou épargner tôt, plus l’effort sera minime sur le long terme.

 

Le principal inconvénient, c’est alors le manque de culture F*. Comme l’indique Alireza Gorzin, président de BFG Capital : “l’éducation financière en France n’est pas assez mise en valeur. Les jeunes ne bénéficient pas d’accompagnement à ce niveau-là, et il n’est pas rare de retrouver ces lacunes chez nos clients plus âgés.”

 

En tant que jeune actif, l’important est donc de prendre conscience de la force du temps et de pouvoir s’en servir. “Que vous ayez 250€, 500€ ou 1500€ à placer, vous avez toujours des dizaines d’années devant vous pour multiplier ces sommes”, ajoute Alireza Gorzin. Il n’est donc pas utile de commencer à investir et/ou épargner seulement quand vous estimez avoir “assez de côté”.

 

Toute somme, même minime, est suffisante pour élaborer une première stratégie patrimoniale, que vous améliorerez au fur et à mesure des années qui passent.

 

Ah et… il y a bien évidemment mieux que de laisser dormir son argent sur son compte bancaire ! Différentes solutions existent pour faire travailler votre argent sans trop d’efforts et à tout âge. BFG Capital vous explique comment, juste ici !

 

Se créer une épargne de précaution

 

  • Livret A/LDD

Le livret A et le livret de développement durable et solidaire (LDDS), sont des livrets bancaires liquides et accessibles en tout temps. Le taux de rendement de ces deux livrets est de 0,5%, ce qui ne vaut pratiquement rien mais permet de se constituer une petite épargne de précaution disponible. Le plafond du livret A est à 22 950 €, tandis que celui du LDDS est à 12 000 €. Certes, il ne s’agit pas d’ingénierie patrimoniale mais cela reste une alternative possible. Le mieux est alors d’opter pour la mise en place de virements automatiques mensuels. Ainsi, vous pouvez épargner des petits montants chaque mois, sans même y penser !

 

  • Assurance-vie

À tort, beaucoup de jeunes estiment que l’assurance-vie ne concerne que les personnes âgées. Et pourtant ! En tant que jeune actif, voire même avant, l’assurance-vie se présente comme un placement très avantageux. Ce produit d’épargne est très favorable pour les personnes souhaitant épargner sur le moyen ou long terme, étant donné que sa fiscalité devient optimale à partir de 8 ans. Mieux vaut donc l’ouvrir le plus tôt possible ! Selon l’assurance-vie choisie, il faut pouvoir l’ouvrir avec un minimum de mise au départ. Mais l’important est de le faire, afin de “prendre date” le plus tôt possible.

 

Pour rappel, l’assurance-vie peut se composer de fonds en euros dits « sans risques », ou de fonds en actions/obligations qui comportent davantage de risques, mais pouvant rapporter davantage. Il existe différentes possibilités d’arbitrage pouvant “escorter” le rendement de votre contrat d’assurance vie. Aujourd’hui, vous pouvez souscrire facilement à une assurance-vie via votre banque, directement en ligne, ou par le biais d’un conseiller patrimonial qui saura vous guider en fonction de vos projets de vie. C’est un excellent point de départ pour vos finances.

 

Miser sur sa jeunesse et investir tôt

 

  • SCPI

Tout comme pour l’assurance-vie, les jeunes ont tendance à penser que l’achat de parts en Sociétés Civiles de Placement Immobilier est réservé aux plus âgés et/ou aux plus fortunés. C’est évidemment faux ! Comme le rappelle Alireza Gorzin, président de BFG Capital, “les SCPI ont longtemps été privilégiées par les chefs d’entreprise qui réinvestissaient le fruit de la vente de leur entreprise dans un objectif retraite. Ils étaient alors à la recherche de rendement plus élevés que la normale, un niveau de gestion totalement inexistant et un risque relativement limité, puisque adossé au marché de l’immobilier qui connait une cote de confiance élevée.”

 

Pour tous, et donc, pour les jeunes actifs également, il s’agit d’un placement extrêmement efficace pour se générer du capital régulier. Le taux de rendement moyen en 2019 était de 4,40%, ce qui est bien plus élevé que le taux de rendement du livret A, pour un effort d’épargne mensuel similaire.

 

 

  • PEA

La bourse vous intéresse ? Pourquoi ne pas débuter via le PEA ! Il s’agit en effet du placement qui dispose du plus gros potentiel de hausse, dans la limite de 150 000€ de plafond (225 000€ pour les PEA-PME). De plus, le PEA vous permettra de mettre directement un pied dans le marché de la bourse et des entreprises. Comme l’assurance-vie, il faut pouvoir investir sur le moyen/long terme pour en recueillir les fruits. Mais quand on est jeune actif, le temps, c’est ce dont on dispose le plus ! Alors, autant en profiter pour faire évoluer ses finances. Et si vous n’effectuez pas de retrait avant son 5ème anniversaire, vos plus-values et dividendes ne seront pas imposées. Bien évidemment, le PEA comporte d’autres aspects techniques non abordés ici, et, comme tout investissement à risque, il n’y a aucune garantie côté rémunération. Cependant, il est prouvé que les actions sont le placement financier rapportant le plus sur 40 ans (étude de l’IEIF), et ce, malgré les quelques krachs boursiers survenus entre ces années (1979-2019).

 

  • PER

Le PER, ou plan d’épargne retraite, peut-être une solution pour préparer très tôt un capital retraite. En effet, ce placement permet de faire fructifier des dividendes et intérêts, tout en bénéficiant d’une déduction fiscale aux versements, ou d’une fiscalité allégée à la sortie. Grâce au plan d’épargne retraite, vous pouvez donc accumuler un montant intéressant d’épargne. De plus, le PER, avec un déblocage anticipé, peut également permettre de financer l’achat de sa résidence principale. Grâce à cela, vous pourrez alors disposer d’un apport financier plus important. Cela est valable pour le PER individuel.

Il existe également un PER disponible en entreprise et alimenté par l’épargne salariale. Il s’agit du PERECO ou PERCOL. Vous pouvez alors, en tant que salarié, profiter d’un abondement (versement complémentaire payé par l’employeur en plus de la participation, intéressement, et/ou versements volontaires).

 

En conclusion…

 

Pour conclure, il y a bien plus d’opportunités pour les jeunes actifs d’épargner et d’investir que l’on ne croit ! Et si vous n’avez pas forcément d’apport à l’instant T, rien ne vous empêche de passer par la voie de l’endettement ! En effet, l’endettement, bien que pouvant être perçu comme négativement, est un excellent moyen de se constituer un patrimoine sans apport personnel. Sous certaines conditions (CDI, revenus mensuels réguliers, bonne gestion de ses comptes…), l’endettement est le meilleur moyen pour un jeune de s’enrichir sans efforts. Avec des taux d’intérêts aussi bas qu’aujourd’hui, la balle est dans votre camp !

 

Profitez du temps que vous avez devant vous pour l’optimiser et faire les choix les plus judicieux pour votre avenir. Si besoin, n’hésitez pas à faire appel à un conseiller patrimonial qui saura vous guider et vous accompagner dans vos projets de vie.