QUEL EST LE PORTRAIT ROBOT D’UN CLIENT CGPI ?

BFG Capital

Depuis quelques années, le portrait robot des clients de CGPI n’a pas trop évolué. Le client patrimonial a un âge moyen de 60 ans, et environ 48 % des clients sont dans la tranche haute des CSP. Un changement à noter toutefois, 48% sont aujourd’hui retraités, alors que la part des inactifs était de 38% l’an passé.

 

Pour ce qui est de leur patrimoine, la tendance est légèrement à la baisse : les patrimoines de 250 à 500 000€ diminuent au profit des 150 à 250 000€. Toutefois, la majorité (55%) a plus de 150 000€ de patrimoine financier. Aussi, ils sont tout de même 7% à posséder aujourd’hui plus de 500 000€ de placements financiers et 2% plus d’un million d’euros.

Les clients des CGPI sont par ailleurs, très satisfaits de leurs conseillers. 93% des clients ont une très bonne image de leurs CGPI. 49% apprécient la qualité de leurs conseils et 45% leur disponibilité. À la question « où êtes-vous le mieux conseillé ? », les clients répondent même à 77% « chez un CGPI », contre 6% seulement « dans une banque ».

La 11ème édition du baromètre Cardif du marché des CGPI le confirme : le secteur se porte bien. 7 CGPI sur 10 ont d’ailleurs déclaré avoir vu leur portefeuille clients augmenter. Les conseillers en gestion de patrimoine sont optimistes et prêts à entrer dans l’ère de la digitalisation.

 

Néanmoins, comme l’explique l’étude, il existe un décalage entre la maturité des CGPI en matière de digital et l’intérêt des clients pour le numérique. En effet, à l’heure du digital, 97% des clients de CGPI privilégient le contact humain et 77% considèrent toujours leur conseiller comme la meilleure source de conseil en matière de gestion patrimoniale. 89% des clients interrogés affirment d’ailleurs faire davantage confiance à l’expertise d’un CGPI qu’à un robo-advisor.

Pas de quoi s’inquiéter donc, le métier se porte bien ! L’arrivée des fintech et la transition numérique n’affectent en rien la qualité de service des conseillers en gestion de patrimoine. Ce que nous retenons cependant, c’est que la part de clients à la retraite augmente. Pourtant, dans notre dernier article, nous avons constaté que le nombre de cumulants emploi-retraite avait lui-aussi augmenté… La question qui se pose alors est la suivante : ne faudrait-il pas un rajeunissement de la clientèle des CGPI pour éviter qu’à la retraite, nombreux soient astreints de travailler ?

 

Encore une fois, le manque d’informations à ce sujet, de culture financière, ainsi que les a-prioris sur la gestion de patrimoine empêchent les épargnants de voir plus loin. Il faut savoir anticiper sa retraite pour pouvoir en profiter pleinement le moment venu. Et c’est pour cela que nos conseillers, experts en la matière, restent à votre disposition.

 

portrait robot d'un client de cgpi bfg capital