RETRAITE : CHERS TRAVAILLEURS, AVEZ-VOUS COMMENCÉ À EPARGNER ?

BFG Capital

Selon la 15èmeédition de l’étude « The Future of Retirement : Bridging the Gap » publiée par HSBC et réalisée en partenariat avec Ipsos MORI, seules 26% des personnes en âge de travailler épargnent régulièrement pour leur retraite, et ce, à l’échelle mondiale.

 

En France, la moyenne est un peu plus basse avec seulement 18%. Les français en âge de travailler épargnent donc peu ! En comparaison, ils sont 33% à agir de la sorte au Royaume-Uni, 38% au Canada et 40% aux Etats-Unis.

De manière générale, les connaissances liées à la retraite et à son coût sont assez faibles. Cela explique le manque de prévoyance global à l’échelle mondiale. Les individus sont davantage enclin à « privilégier leurs besoins financiers immédiats » que d’anticiper leur retraite.

D’ailleurs, en France, 33% des personnes en âge de travailler ont déclaré « vivre au jour le jour financièrement ». Dans le monde entier, la moyenne est un peu plus élevée et s’établie à 43%. Les individus sont davantage concernés par le fait de « vivre l’instant présent » : au niveau mondial, plus d’une personne en âge de travailler sur trois (33%) favorise cela plutôt que d’épargner pour la retraite. En France, la proportion chute à 26%, car l’inquiétude des ménages quant à l’avenir y est plus élevée. En comparaison, la moyenne en Chine est beaucoup plus élevée (47%), tout comme en Inde (46%) et aux Etats-Unis (36%), où les dépenses sont plus fréquentes.

En ce qui concerne la retraite, l’étude d’HSBC indique que le retraité n’est pas « synonyme d’arrêt total d’activité ». En moyenne, 58% des personnes interrogées à l’échelle mondiale ont l’intention de continuer à travailler, dans une certaine mesure, à la retraite. En Chine, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, ils sont respectivement 60%, 59% et 48% à avoir ce souhait. En France, ce phénomène reste assez rare. Seulement 32% des personnes en âge de travailler déclarent vouloir continuer à le faire à la retraite. Le contraste est donc flagrant ! En revanche, c’est en France qu’on est le mieux informé sur la retraite et son coût.

Globalement, cette période de la vie est perçue de manière assez positive à l’échelle internationale. 75% des français envisagent la retraite comme « une période de plus grande liberté et comme une opportunité de découvrir de nouveaux centres d’intérêts ». Selon eux, la retraite est un « temps positif », synonyme de relaxation et de bonheur.

En conclusion, seuls 26% des personnes en âge de travailler épargnent régulièrement pour leur retraite. Trop peu de gens épargnent pour leurs besoins futurs, et favorisent à cela « l’instant présent » et les objectifs à courts termes. De manière générale, la retraite est attendue car elle est synonyme de bien-être. Toutefois, nombreux sont ceux qui, dans le monde, envisagent de continuer à travailler après la retraite.

 

Amis bilingues, si cela vous intéresse, vous pouvez retrouver l’étude complète sur The Future of Retirement : Bridging the Gap.