SILVER ÉCONOMIE : EN ROUTE VERS LE NOUVEL EL DORADO !

BFG Capital

Le vieillissement de la population a entraîné l’émergence de plus en plus de produits et de services à destination des personnes âgées : c’est ainsi que la Silver Économie est née.

Véritable enjeu de la société, la Silver Économie fait de plus en plus parler d’elle. Reconnue comme un marché porteur en plus d’être soutenue par l’Etat, la Silver Économie est donc en phase croissante, et pour de multiples raisons. Elle permet, entre autres, de soutenir l’économie et de renforcer les liens inter-générationnels.

 

Quelle est sa définition exacte ? Pourquoi perçoit-on la Silver Économie comme un investissement d’avenir ? Tour d’horizon avec BFG Capital.

 

Qu’est-ce que la Silver Economie ?

 

Comme nous l’indique le site internet du Gouvernement, la Silver Économie, ou économie des seniors, a pour objectif “d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées, garantir leur autonomie le plus longtemps possible ou même allonger leur espérance de vie”.

Les seniors étant de plus en nombreux et leur espérance de vie de plus en plus longue, il est essentiel pour tous de s’adapter en ce sens. Dès lors, absolument tous les secteurs sont concernés. Santé, hébergement, loisirs, communication, transports… Toutes les industries doivent désormais prendre en compte le vieillissement de la population et accommoder leurs offres au marché.

Voici la liste non-exhaustive des secteurs concernés, récemment publiée par le Gouvernement :

  • santé : soins à domicile, médecine à distance, nutrition, objets de santé connectés…
  • sécurité et l’autonomie : téléassistance, détecteurs… ;
  • habitat : logements adaptés, domotique… ;
  • services : services à la personne, aide ménagère, prévoyance… ;
  • loisirs : tourisme, sport, jeux… ;
  • communication : téléphones mobiles, tablettes, Internet… ;
  • transports : aides à la mobilité, transports adaptés…

 

Le marché de la Silver Economie

 

Si l’on assimile la Silver Economie à un nouvel El Dorado, c’est parce qu’il s’agit d’un des marchés les plus porteurs de la dernière décennie. En effet, la France compte à ce jour 15 millions de sexagénaires. D’ici à 2030, on estime le nombre de sexagénaires à 20 millions, et d’après l’Insee, à l’horizon 2070, une personne sur 4 devrait avoir plus de 65 ans ! Quant aux plus de 80 ans, le think tank Matières Grises estime que leur nombre devrait exploser : de 4 millions aujourd’hui, il atteindra près de 7 millions en 2040 ! Dans le reste du monde, on estime qu’il y aura plus de deux milliards de seniors à l’horizon 2050.

 

Et cette tendance ne risque pas de changer ! Le vieillissement de la population vient de l’allongement de l’espérance de vie, aujourd’hui à 85,4 ans pour les femmes, et 79,5 ans pour les hommes. Des chiffres qui augmentent de manière régulière, année après année…

 

L’économie des seniors touchant toutes les industries sans exception, le Gouvernement annonce un chiffre d’affaires d’au moins 130 milliards d’euros en 2021. Il indique également que la Silver Économie pourrait entraîner 300 000 créations d’emplois nettes d’ici la fin de l’année.

 

De surcroît, on sait que le pouvoir d’achat des seniors est en moyenne supérieur à celui du reste de la population, même s’il est naturellement enclin à baisser à l’heure de la retraite. Sophie Schmitt, dirigeante du cabinet Seniosphere, précise : « Le revenu disponible annuel médian des 60-69 ans atteint 30.000 euros”. Le marché des seniors pèserait alors près de 150 milliards d’euros.

Présentée comme « un nouvel El Dorado du business », la Silver Économie est, en France comme ailleurs, un secteur d’avenir. D’autant plus que c’est un marché contrôlé ! En 2013, le ministère de l’Economie et des Finances, avec le ministère des Affaires sociales et de la Santé, ont signé un contrat de filière pour la Silver Économie. Le but ? “Structurer ce secteur en une vraie filière industrielle et créer un écosystème national et régional, pour faire émerger un grand marché et favoriser l’essor de l’industrie française.”

Si la complexité du secteur n’était pas propice à son décollage, la crise sanitaire de la Covid-19 a rebattu les cartes. En effet, tout son potentiel s’est décuplé durant ces derniers mois, et sur l’ensemble des secteurs. “La Covid-19 nous a prouvé une chose : c’est que nous devons nous adapter. La crise a accéléré tout ce processus, et en bien : les seniors ont désormais un besoin de technologie pour garder le contact avec leurs familles, les services à domicile se développent davantage, tout comme les services de livraison ou encore de distraction en ligne. Les systèmes d’hébergement doivent aussi prendre le pli, afin que personne ne se retrouve isolé comme lors du premier confinement de mars. Toutes les mesures doivent être prises pour accompagner le vieillissement de la population.” ajoute Alireza Gorzin, président de BFG Capital.

Et si la population senior était difficile à convaincre en termes de technologie, elle est désormais en première ligne face à ce changement.

 

Le secteur de l’hébergement Sénior

 

Un des secteurs les plus favorables à la Silver Économie est celui de l’hébergement. Et pour cause. La demande y est très forte ! Le vieillissement de la population favorise la naissance de nouveaux besoins. En ce qui concerne l’hébergement, il devient donc nécessaire de s’adapter. Conçues pour permettre aux seniors de continuer à vivre de manière indépendante tout en bénéficiant d’un environnement sécurisé, les résidences seniors répondent parfaitement à ces besoins. En effet, les seniors autonomes sont de plus en plus nombreux, et même s’ils n’ont pas besoin d’être encadrés en établissement médicalisé, ils peuvent ressentir des difficultés à rester isolés chez eux, entretenir leur habitat et/ou tout simplement, n’ont plus envie de vivre dans leur domicile ! Encore plus depuis l’arrivée de la Covid-19. Pour les personnes seules ou en couple, ce type de résidence apparaît donc comme une alternative idéale.

 

Malheureusement, aujourd’hui, la demande est forte et le nombre de structures beaucoup trop insuffisant. D’après une recherche des Echos Etudes, l’offre actuelle couvre en effet moins de 2% des seniors autonomes de plus de 75 ans. En moyenne, cela représente 8,7 places seulement pour 1000 personnes.

 

“Après être passé de 620 résidences en 2017 à 762 en 2019, les experts estiment que plus de 160 résidences nouvelles vont sortir de terre d’ici 2021, la millième voyant le jour en 2022.”, indique l’étude. Le dynamisme des marchés des résidences seniors n’est donc pas prêt de ralentir, et son potentiel de croissance demeure massif.

Alternative aux maisons de retraite médicalisées de type Ehpad, et aux résidences services seniors dites “à l’Américaine”, les Maisons de Retraite Autonomie (MRA) répondent à ce besoin. Cette formule d’hébergement s’adresse à une clientèle senior autonome, qui choisira ses propres prestations et services selon le budget qu’elle souhaite y allouer, sans fioriture. La typologie d’habitation proposée peut varier selon les résidences, allant du studio au T1, T2, T3 ou encore T4. Cette solution est particulièrement appréciée, car elle correspond aux portefeuilles des seniors, tout en leur permettant de bénéficier de services à la demande, et d’un environnement favorable à leur bien-être.

Les MRA répondent ainsi parfaitement au besoin croissant de cette population, mais représentent également une opportunité unique d’investissement dans le secteur de la Silver Économie pour les particuliers, comme les institutionnels.

 

Au-delà de l’impact socialement responsable et la création de liens intergénérationnels forts, les MRA offrent à leurs investisseurs un rendement sécurisé sur le long terme, en privilégiant ainsi un équilibre financier, tant pour l’exploitant que l’investisseur et l’occupant. C’est finalement un investissement solidaire, qui a de très beaux jours devant lui…

Pour en apprendre davantage sur la Silver Économie ou l’investissement en MRA, veuillez contacter nos ingénieurs patrimoniaux à contact@bfgcapital.com