UNE BAISSE RECORD DES TAUX DE CRÉDIT IMMOBILIER EN FÉVRIER 2016 !

BFG Capital

Que de bonnes nouvelles à annoncer pour cette fin de mois ! Malgré certains déboires financiers notables, février 2016 reste tout de même un mois positif pour deux raisons… La première ? Une baisse record des taux de crédit immobilier. La deuxième ? Le « droit à l’oubli » …

Julie Lefebvre, responsable analyste crédit chez BFG Capital, prend la parole :

« Le taux de crédit immobilier est exceptionnellement bas ! Le mois de février est marqué par un taux moyen à 2,20% pour les prêts sur 20 ans, battant ainsi le record de mai 2015 qui était de 2,23% ! C’est une excellente nouvelle pour tous, car ces taux amoindris vont permettre d’emprunter davantage, d’obtenir plus facilement un financement ou encore de renégocier un crédit souscrit des années plus tôt. Si vous avez besoin d’emprunter, c’est le moment parfait ! Ce qui est intéressant, c’est que les personnes ayant souscrit un prêt il y a quelques années sont tout autant concernées. En effet, si le taux d’intérêt du prêt en cours est supérieur à 3,20%, il peut être intéressant financièrement de le renégocier auprès de son banquier ou de le faire racheter par un autre établissement bancaire. Autre fait notoire ? Les personnes qui ne pouvaient pas forcément accéder au prêt immobilier au vu de la règle des 33% d’endettement (ce qui signifie que les charges, dont la mensualité du nouveau prêt, ne doivent dépasser 1/3 du revenu de l’emprunteur) peuvent aujourd’hui profiter de l’emprunt ! Le site pap.fr donne d’ailleurs un exemple assez concret pour expliquer cela : « pour 150 000€ empruntés à 3,08% (moyenne fin 2013), l’échéance monte à 838€. Pour décrocher ce crédit, il fallait donc gagner 2550€ par mois. Avec un taux actuel à 2,20%, la mensualité tombe à 773€. Celui qui gagne 2400€ par mois peut alors emprunter ».

 

Cette annonce est d’autant plus significative qu’elle va toucher bien plus de monde », poursuit Julie, « car la deuxième bonne nouvelle de ce mois va permettre à des milliers de français d’enlever un poids de leurs épaules. Le jeudi 4 février dernier, lors de la journée mondiale du cancer, la ministre de la santé Marisol Touraine a présenté la liste des maladies ainsi que les modalités de durée exactes pour lesquelles s’appliqueront dorénavant le « droit à l’oubli ». Pour rappel, le « droit à l’oubli » est la possibilité de ne pas déclarer le fait d’avoir été malade. La modification de la convention AERAS (s’assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé) offre dorénavant le choix aux personnes qui ont été atteintes de cancers ou hépatite C (cinq types de cancers sont actuellement concernés) de ne plus le déclarer lors d’une demande de prêt. Celui-ci devient alors beaucoup plus accessible ! Ce changement permettra ainsi aux anciens malades de ne plus payer de surprimes, ou encore de se voir refuser un prêt. Jusqu’à présent, c’est ce que la plupart d’entre eux subissaient ! Ils pourront même, grâce à ce droit à l’oubli, profiter de la chute record des taux de crédit et de tous les avantages qu’elle comporte. »

 

Plus que jamais, l’occasion est bonne pour penser aux crédits immobiliers. Rien n’assure que ces taux demeureront aussi bas ! Il faut donc en profiter, d’autant plus que cette baisse est désormais favorable à un plus grand nombre… Peu importe votre projet, c’est le moment d’agir.