actu


à la pointe de l'information

Culture F : Mais où en sont les Français ?

Le mois dernier, Atland Voisin et Fundimmo ont révélé une étude OpinionWay sur la culture financière et la stratégie d’investissement. Cette dernière, réalisée en mai dernier sur un échantillon de plus de 2000 Français âgés de 18 ans et plus nous confirme un comportement que l’on connaissait déjà : les Français sont plus cigales que fourmis !

Les Français épargnent beaucoup, toujours dans le but de se créer un filet de sécurité en cas d’imprévu ou de coup dur. La dernière crise sanitaire a renforcé cette peur, si bien qu’en 2020, ils ont mis, en moyenne, 21,3% de leur revenu brut disponible de côté.

Un déficit de culture F complètement assumé

L’aversion au risque, bien qu’énorme facteur d’épargne pour les Français, n’explique pas tout. En effet, ce qui fait aujourd’hui défaut à la majorité des Français est leur niveau de méconnaissance globale des produits financiers et des instruments de placements. Ce déficit de culture financière est totalement assumé : près de 1 Français sur 2 estime avoir de grosses lacunes en termes de culture financière, et moins de 2 sur 10 se sentent tout à fait compétents.

Et pourtant, la culture F englobe tellement de choses ! Savoir anticiper un budget, calculer sa capacité d’épargne, être capable de répondre à ses besoins sur du court, moyen ou long terme, avoir une idée des solutions qui existent sur le marché…

Mais les résultats sont là : 49% des Français admettent avoir une culture financière insuffisante, et même inexistante pour 14% d’entre eux. Et cela touche tout le monde, peu importe le niveau d’étude. Ainsi, 49% des Français, dont 43% de CSP+, pensent ne pas avoir les moyens d’épargner suffisamment pour investir ailleurs que sur un livret A.

“Il est urgent d’agir et d’inculquer des connaissances financières dès le plus jeune âge. Chez BFG Capital, nous le constatons régulièrement avec nos clients : beaucoup se sentent trop livrés à eux-mêmes et regrettent de ne pas être bien accompagnés. Ils savent pertinemment qu’ils passent à côté d’opportunités, mais ne possèdent pas les connaissances pour agir.” souligne Alireza Gorzin, président de BFG Capital.

À ce titre, 73% des Français estiment que la culture financière devrait faire l’objet d’un enseignement spécifique à l’école. 64% ont même déclaré que, plus jeunes, bénéficier d’une telle formation leur aurait été profitable.

Par méconnaissance et crainte de risque, les Français se privent donc eux-mêmes d’une diversification de leurs placements et d’un rendement plus intéressant. Et ce, peu importe le niveau de leurs revenus.

Le rôle des institutions financières

La méconnaissance ne concerne pas que les produits. L’étude démontre que les Français ne savent pas vers qui se tourner pour demander de l’aide en ce qui concerne leurs placements. Pour 46% d’entre eux, c’est totalement flou !

Par manque de confiance, les Français sont donc 53% à se déclarer autodidactes et forgent leur culture financière par leur propre moyen. Mais le risque n’est pas nul. Avec tout ce que l’on trouve sur Internet, il faut savoir trier les informations mises à disposition, et démêler le vrai du faux. Sans cela, le phénomène des faux sachants prend de l’ampleur…

Et pour parler argent, même problème de confiance ! 66% des Français débattent épargne et investissement avec leur famille, et plus le réseau relationnel s’étend, moins le sujet est abordé. Ainsi, ils ne sont que 48% à en discuter avec leurs amis, et 30% avec leurs collègues. Et le problème quand on discute de sujets qui ne sont pas maîtrisés par la plupart, c’est la place que prennent les faux sachants. Persuadés d’avoir raison, ils dispersent souvent des idées reçues ou des réalités erronées qui peuvent embrouiller les esprits.

C’est la raison pour laquelle les institutions financières doivent redoubler d’efforts pour proposer à leurs clients une pédagogie et un partage de connaissance. Eux ont la connaissance, et le moyen de la partager. Eux doivent donc agir. Alireza Gorzin, pour sa part, en a fait l’un de ses objectifs majeurs : “le livret A représente pour la majorité des Français le meilleur moyen d’épargner, voire “d’investir”. Cela démontre bien le niveau de culture F* en France. Chez BFG Capital, le développement de la culture financière est un de nos principaux objectifs. Au travers d’articles, de webinars, et encore plus simplement auprès de notre clientèle, nous faisons en sorte d’aborder des sujets patrimoniaux et fiscaux de manière simple et compréhensible. Conscients de l’enjeu, nous abordons en toute transparence ces sujets-là afin de démocratiser le capital. Un épargnant qui comprend est un investisseur qui agit intelligemment.”

En améliorant le niveau de connaissance financière des Français, ainsi que le niveau de confiance envers les acteurs financiers, c’est toute une économie qui en ressentira les bienfaits. À un niveau personnel, dans un premier temps, car chacun améliorera la qualité de son propre patrimoine. Mais aussi à un niveau national, car plus de connaissances égale plus d’investissements et de rendements, et donc une économie plus forte et pérenne.

L’investissement et l’épargne ne doivent pas être des sujets réservés aux plus hauts patrimoines. C’est l’affaire de tous.

BFG Capital, à travers son activité de Capital Management, met tout en œuvre pour démystifier et démocratiser le capital. Ainsi, n’hésitez pas à vous rapprocher de nos services pour toute question sur la culture financière, ou si vous souhaitez participer à nos prochains webinars via contact@bfgcapital.com