actu


à la pointe de l'information

LIVRET A À 1% DEPUIS LE 1ER FEVRIER, EMBELLIE CONCRETE OU DECISION DE POLITIQUE SOCIALE ?

Il était maintenu à 0,5 % depuis le 1er février 2020 dans l’espoir de dissuader la collecte et de rediriger l’épargne dans l’investissement et n’avait pas connu de hausse depuis 2011. Depuis le 1er février 2022, c’est officiel, le taux de rémunération du livret A est finalement passé à 1% !

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance avait récemment annoncé une hausse des taux du livret A, du livret de développement durable, et du livret populaire. Cette hausse a été justifiée par rapport au fort taux d’inflation, actuellement à 2,8%.

Mais concrètement, qu’est-ce cela change pour vous et votre épargne ?

Rappel : comment fonctionne le livret A ?

Le livret A est le livret d’épargne le plus plébiscité par les Français. On compte un peu plus de 55 millions de Français détenteurs d’un livret A, soit près de trois-quarts de la population française. Tout en notant également qu’en France, nous ne pouvons détenir plus d’un livret A ! C’est dire le succès de ce produit d’épargne à la collecte Maxi et au rendement Mini.

Réglementé par l’État, le livret A est un produit d’épargne plafonné à 22 950€ pour les particuliers, et 76 500€ pour les associations. Les fonds collectés sur le livret A sont totalement liquides et défiscalisés. Autrement dit, en plus d’avoir des fonds disponibles à tout moment, les intérêts sont totalement exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Les intérêts sont calculés le 1er et le 16 de chaque mois. Le cumul s’ajoute ensuite au capital en date du 31 décembre. Jusqu’ici, rien de bien sorcier.

Ce que le grand public sait moins, c’est comment est utilisé l’argent déposé sur un livret A.

Il faut savoir que les fonds collectés à travers le livret A sont centralisés à la Caisse des dépôts et consignations. C’est donc la direction des fonds d’épargne de la Caisse qui gère financièrement les quelques milliards d’euros collectés par le livret A. En échange de cette centralisation des fonds, la Caisse verse aux réseaux collecteurs une commission.

Historiquement, le livret A finance le logement social. C’est donc l’argent du livret A qui permet le financement des HLM et leur réhabilitation. Depuis peu, il finance également le renouvellement urbain.

Mais les fonds collectés ne sont pas uniquement dédiés à cela. La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) place aussi un certain budget sur les marchés financiers. C’est ce qui va lui permettre d’assurer une certaine liquidité. Le livret A permet également à la Caisse de faire des prêts aux PME ou d’accorder des micro-crédits.

Hausse des taux : quel changement pour votre épargne ?

Concrètement ? Pas grand chose. Qu’il soit à 0,5%, 0,75% ou 1%, le livret A ne doit pas être considéré comme un placement. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un livret d’épargne, et il est plus judicieux de le voir comme un livret de secours qu’autre chose.

Sans compter que nous culminons aujourd’hui à un niveau d’inflation sans précédent (2,8%). Alors, en plaçant son argent sur un livret A, on perd finalement du pouvoir d’achat.

Exemple : avec un montant de 1 000 € d’encours sur un livret A, les taux d’intérêt s’élèveront à 10 € par an, au lieu de 5 € auparavant. Vous êtes donc bénéficiaire de 10 €, mais à ce montant s’ajoute l’inflation, donc vos 1 010 € voient leur valeur fondre de 28 euros… soit en réalité un pouvoir d’achat de 982 euros au lieu des 1000 euros de départ.

Comme nous l’explique Alireza Gorzin, président de BFG Capital : « Bercy fait confiance à la logique des épargnants. Quand le taux de rendement des livrets est bas, il doit y avoir par logique économique un ralentissement de l’épargne car celle-ci devient moins rentable, il devrait être alors constaté une redirection de l’épargne vers des placements d’investissements ; ce que souhaitait vraisemblablement Bercy. »

« Mais cela ne fonctionne pas toujours. Avec une grogne qui se fait davantage ressentir à l’aube des élections présidentielles, Bercy a pris une mesure d’avantage symbolique en augmentant le taux de rendement du livret le plus populaire chez les Français. Avec cette hausse de 0,5%, un épargnant atteignant le plafond de son livret pourra percevoir 229,5€ sur une année, au lieu de 114,75€ et ça ce n’est pas ce que l’on appelle l’Amérique en matière de gain ou de stratégie. »

En conclusion, l’annonce des hausses des taux reste une bonne nouvelle symboliquement, mais sans grande conséquence. BFG Capital, toujours dans la volonté de démocratiser l’accès à la Culture F, a réalisé une étude saisissante autour du livret A et de son fonctionnement. Une enquête symptomatique aussi du fonctionnement des autres livrets, et de leurs alternatives les plus efficaces. Pour toute information, nos capital managers sont à votre disposition. Vous pouvez nous contacter à l’adresse contact@bfgcapital.com