actu


à la pointe de l'information

Patrimoine : Que faut-il faire avant la fin d’année ?

Qui dit fin d’année dit nouvelles résolutions à prendre. Et ça, les institutions financières l’ont bien compris : nouvelles offres sur le marché, parrainages, offres de défiscalisation, promotions presque indécentes… De quoi mettre l’eau à la bouche et la pression marketing aux investisseurs et/ou épargnants en quête d’opportunités avant le début d’année 2022.

Alors, que faut-il faire de son patrimoine avant la fin de l’année ?

La réponse est bien plus simple que vous pensez : rien.

À moins d’être déjà sur une piste mature avec un conseiller ou d’être déjà engagé dans une démarche d’investissement, personne ne doit céder à la pression du calendrier annuel. Ce qui compte dans les investissements, c’est d’être totalement et pleinement conscient de ses projets, ses gains, et évidemment ses risques. La précipitation n’aide en rien à garantir ce triptyque et, au contraire, est souvent source de regrets.

Comme le souligne Alireza Gorzin, président de BFG Capital : “Il ne faut jamais rien faire de manière précipitée ! La plupart des institutions, mais aussi plus petits acteurs comme les CGPI, n’hésitent pas à jouer sur la pression du calendrier pour faire céder commercialement les particuliers. On appelle cela le marketing d’urgence dont le but est de favoriser les actions d’impulsion et à limiter le phénomène de procrastination. En toute fin et début d’année, ils accentuent la communication de leurs offres et incitent fortement les Français à investir, les motivant avec des taux et des gains trop bien habillés pour les fêtes de fin d’année. Tout est fait de sorte que l’investisseur se sente en position de force, mais il n’en est rien… ”

Mais peut-on vraiment reprocher aux Français de vouloir saisir des offres alléchantes ? Entre la multitude d’informations présente sur internet, qu’elles soient erronées ou orientées, et l’opacité de celles-ci, il est difficile pour un investisseur de démêler le vrai du faux. Et le manque de transparence des institutionnels, couplé au manque de culture F des Français, n’aide en rien.

Encore une fois, la faible connaissance financière des Français joue en leur défaveur. Comme nous en parlions dans notre précédent article sur la Culture F, près de 1 Français sur 2 estime avoir de grosses lacunes en termes de culture financière, et moins de 2 sur 10 se sentent tout à fait compétents.

“Dans une société telle que la nôtre, il est primordial de faire évoluer le niveau de connaissance des Français afin de leur permettre de mieux épargner, mieux investir, et mieux préparer leur avenir dans un contexte qui nécessite certes de l’action, mais de l’action stratégique. Face à des mastodontes de l’investissement, il n’y a qu’avec la Culture F que les Français pourront jouir de ce qui leur est dû, et ne pas dépendre des offres ponctuelles du marché”, ajoute Alireza Gorzin.

En conclusion, comme disait Jean de la Fontaine, rien ne sert de courir, il faut partir à point ! Prenez le temps de réfléchir, ne vous précipitez pas sur des “offres de fin d’année” et faites vous accompagner !

BFG Capital, à travers son activité de Capital Management, met tout en œuvre pour démystifier et démocratiser le capital. Ainsi, n’hésitez pas à vous rapprocher de nos services pour toute question sur la culture financière, ou si vous souhaitez participer à nos prochains webinars via contact@bfgcapital.com

*culture F = culture financière, programme national d’instruction et de pédagogie mené par BFG CAPITAL